LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

FICHE 1 : Récupération d’une colonie

  • Partir en vacances avec juste sa vareuse d’apiculteur et son lève-cadre au cas où,
  • Avoir une discussion avec son voisin qui vous annonce poliment qu’il y a une colonie d’abeilles qui s’est installée entre une vitre et le volet de son gîte… enfin, il pense que ce sont des abeilles et comme il a appris que vous étudiez la chose, il vous propose de le dépanner,
  • Visiter le grenier du voisin et observer une belle colonie installée entre la vitre et le volet sur huit cadres de cire encore bien blancs…
  • Confirmer au voisin que ce sont bien des abeilles et que vous allez vous en occuper,
  • Trouver une ruchette et un commerce où on vend des ruches…
  • Acheter une ruche et la traiter à l’huile de lin (comme dirait Marcel, au moins cinq couches…)
  • Réfléchir à la technique de « récupération » en se remémorant le contenu des cours (Merci Daniel)
  • Décider d’un endroit adapté sur votre terrain pour y placer votre ruche et construire un support…
  • Préparer son matériel avec une option sur les cadres filés et de la ficelle pour maintenir les rayons de cire (avoir été boy-scout est un atout).
  • Penser à prendre son appareil photo pour immortaliser le moment,
  • Allumer son enfumoir…
  • Récupérer la colonie sans s’énerver, en souplesse, rayon par rayon, genre Mac Gyver… Ne pas oublier de mettre ses gants…
  • Laisser la ruchette sur place histoire de permettre à toute la colonie de rentrer dedans…
  • Prendre le temps de prendre un bon apéro (nous sommes en vacances tout de même)
  • Compter le nombre de dards plantés dans vos gants (impressionnant)
  • Revenir sur les lieux de la « récupération » après 22h00 sans oublier sa lampe…
  • Constater que tout ce petit monde est bien rentré dans la ruchette…
  • Fermer la ruchette et la transporter dans votre cave située à 200 mètres de là.
  • Laisser les abeilles en quarantaine 72 heures en veillant à les hydrater (canicule oblige),
  • Après 72 heures, placer la ruchette sur le support prévu…
  • Après quelques temps, transférer les cadres dans votre ruche…
  • Observer la présence de couvain et surtout d’œufs…
  • Boire un verre à la santé de votre nouvelle colonie (on est toujours en vacances…)
  • Le soir, aller observer votre ruche pour débuter une petite stimulation…

 

Et là, se rendre compte que vos abeilles ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche…

 

Passer à la fiche n°2…

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

FICHE 2: Récupération d’un essaim

  • La matin, vérifier que ce sont bien vos abeilles qui ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche ,
  • Constater que ce sont bien vos abeilles qui ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche ,
  • Pousser un juron (facultatif)
  • Réfléchir à la technique de « récupération » d’un essaim en se remémorant le contenu des cours (Re-merci Daniel)
  • En partant du postulat qu’une colonie qui rentre d’elle-même dans un endroit y reste, décider d’une stratégie commune…
  • Placer des draps blancs sur le sol en dessous de l’essaim et placer la ruche en bordure de ceux-ci…
  • Aller chercher une scie, un gros sécateur et une échelle,
  • Allumer son enfumoir
  • Penser à prendre son appareil photo pour immortaliser le moment,
  • Mettre sa vareuse
  • Couper les branches qui se trouvent en dessous de l’essaim,
  • Secouer la branche au bout de laquelle est suspendu l’essaim… le truc du coup sec ne fonctionne pas très bien quand elles sont suspendues à une branche de trois mètres de long et que vous êtes en équilibre instable à 6 mètres de haut sur un tronc de noisetier, toujours en vareuse bien entendu…
  • Faire fi des fou-rires de son épouse qui attend six mètres plus bas de récupérer l’essaim sur les draps et qui observe un « babouin » de 1,84 mètres avec une moustiquaire sur la tête qui s’évertue à secouer sa branche,
  • Réceptionner sur le drap l’essaim que le « babouin » a réussi à décrocher.
  • « Pousser » les abeilles vers l’entrée de la ruche
  • Observer que celles-ci rentrent à l’intérieur et que certaines battent le rappel,
  • Se dire que « ouf » on a réussi,
  • Lever la tête et constater qu’une « boule » se reforme sur la branche à 7 mètres de haut,
  • Pousser un autre juron (toujours facultatif)
  • Se dire que l’on a dû « rater » la reine,
  • Remonter dans l’arbre et scier la branche partiellement de manière à ce qu’elle plie et se rapproche du sol..
  • Arriver à couper la sous-branche sur laquelle se trouve l’essaim
  • Appliquer la technique du « coup sec » en s’écriant « ça maaarche »
  • Réceptionner l’essaim sur le drap,
  • Pousser les abeilles vers la ruche et profiter du spectacle magnifique d’une colonie qui rentre en masse à la suite de sa reine en battant le rappel…
  • Remettre la ruche sur son support…
  • Boire un verre pour se remettre de ses émotions…

PS 1 : Aux dernières nouvelles, la colonie est restée dans la ruche

PS 2 : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Fred

 

 

 

 


Les commentaires sont clos.