Archives de
Mois : août 2015

Hivernage – conférence de A.Mercier

Hivernage – conférence de A.Mercier

La conférence portant sur la préparation à l’hivernage des colonies a été animée par André Mercier à la Maison du Bois d’Haumont de 20h15 à 23h00.
Organisée par l’Abeille du Hain, elle a été clôturée comme à l’accoutumée par le verre de l’amitié. Merci à toutes les personnes présentes, leur nombre était important malgré la période de vacances propice au butinage lointain des apiculteurs.

API conf. A. Mercier
Les ruches

L’humidité est un ennemi important des colonies. Elle s’imprègne dans le bois des ruches et rend l’habitacle inconfortable et insalubre. Pour l’éviter, André Mercier préconise d’utiliser des ruches à double paroi. De cette manière, les ponts thermiques sont rompus et les abeilles hivernent beaucoup mieux. Les abeilles chauffent la grappe (22°) et non l’habitacle.Il préconise l’utilisation de ruche en plastique, à double paroi. Si on n’en possède pas, il conseille d’utiliser des partitions. Ainsi, une colonie logée dans 1 Dadant 10 cadres hivernera sur 8 cadres, avec 2 partitions en rive, à gauche et à droite du nid.

Il nous conseille également de ne pas enlever la propolis sur le grillage des plateaux grillagés, car la ventilation est exagérée et les abeilles propolisent pour la diminuer. Ici aussi, l’idéal est d’utiliser un plateau plastique (marque connue) car la ventilation est plus douce (la surface totale des trous < la surface totale des trous en grillagé).

Concernant la protection des bois, André Mercier nous conseille d’utiliser des lasures d’imprégnation  à l’extérieur des éléments de ruches. Pour l’intérieur (et oui, il peint aussi à l’intérieur)  il conseille une peinture émail. Il faut évidemment laisser sécher la peinture pendant plusieurs mois.
Il remet en question l’imprégnation des ruches à la cire micro-cristalline qui, pour être efficace, devrait être appliquée dans un caisson à vide.

Il remplace ses couvre-cadres en bois par des plaques de verre de 1 cm d’épaisseur, trouées au centre pour le nourrissement. Cette pratique lui permet d’observer l’évolution de la grappe sans ouvrir la ruche.
Il nous rappelle que l’ouverture de la ruche perturbe la colonie pendant 2 jours et que l’enfumage de la colonie provoque la consommation de miel. En janvier, si la grappe est située à 5 cm en dessous du plateau en verre, tout va bien. Par contre, si les abeilles sont collées au verre, il faut nourrir rapidement avec 1 kg de fondant .

Il hiverne ses ruches chacune équipée d’une hausse. Cette configuration permet d’avoir des colonies très fortes, dans le respect de la répartition du couvain (en bas), du pollen (au centre) et du miel (en haut et dans la hausse). Au printemps (mars), les cadres de réserve sont grattés. Les abeilles vont consommer les réserves et seront ainsi stimulées.

Il nous rappelle que les cadres de pollen doivent toujours être mis en rive, car la reine ne franchit jamais un cadre de pollen. Un cadre de ce type, entre deux cadres de couvain, constituerait une barrière et le cadre de couvain isolé ne serait plus pondu.

Nourrissement

André Mercier nous propose le calendrier suivant.

15/08 – Traiter contre varroa, de telle manière à ce que les futures abeilles d’hiver ne soient pas infestées

25/08 – Stimuler modérément (240 ml de sirop /  jour) avec du sirop de très bonne qualité (Trim-o-bee : l’invertase est obtenue par hydrolyse alors que chez Saint-Ambroise, par ex. c’est par acidification).

05/09 – Poursuivre le nourrissement, à volonté cette fois-ci (on dépasse les 240 ml / jour // grand volume)

15/09 – Arrêter le nourrissement, ne plus rien donner.

Pourquoi ne pas utiliser le sucre blanc cristallisé?
Il contient du HMF ( hydroxyméthylfulfural= dégradation du fructose = poison pour nos abeilles); il cristallise en hiver dans les cellules (nécessitera donc de l’eau pour être dilué et pour pouvoir être consommé, mais l’eau n’est pas toujours disponible); il provoque l’atrophie des glandes hypopharyngiennes.

Pourquoi ne plus rien donner après le 15/09 ?
Les abeilles sont usées par le travail de stockage.
Les jeunes abeilles qui vont devoir passer l’hiver n’ayant plus rien à stocker vont conserver leur vigueur.

Varroa

Le principal ennemi des abeilles. Transmet de nombreux virus aux abeilles. Se propage très vite (les abeilles laissent rentrer les butineuses étrangères en dérive si elles ont le jabot plein; et avec le jabot plein, les varroas qu’elles transportent et les virus éventuels). Les ruches en fin de lignes sont les plus peuplées et… les plus contaminées.

Il faut traiter les essaims dans les cloches. L’idéal est d’utiliser 2 bandes d’Apistan qui reste actif 2 années de suite si on prend soin de bien le protéger de la lumière.

André nous sensibilise au fait que l’Apivar est efficace s’il n’y a pas de couvain, que le Thymol n’est plus actif et que l’Apistan reste le meilleur.
Le traitement à l’acide oxalique est selon lui très mauvais car entraîne des lésions irréversibles chez la reine.

Si on hiverne nos ruches munies de hausse, l’Apistan est appliqué seulement entre les cadres de corps. Rien dans les hausses.

Traitement Bio contre varroa

A utiliser au printemps.
Bien mélanger 3 parties d’essence de lavande à 1 partie d’huile d’amande douce.
Mettre 20 gouttes de ce mélange tous les 2 jours sur des carrés de 5 cm de côté découpés dans des lingettes.
Placer 1 lingette / ruche sous le trou d’aération.
L’odorat du varroa est perturbé. Il ne retrouve plus la bouillie larvaire avec laquelle il se nourrit et il meurt de faim.
Autres informations utiles

Traiter les cadres pendant 48 h à – 20°C dans le congélateur. Transférer ensuite dans des boîtes étanches. Très efficace contre la fausse teigne.

Comment savoir si une ruche est orpheline?
Placer son oreille contre la paroi de la ruche. Frapper. Si le bruissement ne s’arrête pas immédiatement, la ruche est orpheline. (Au trou de vol- Heinrich Storch.)

Synthèse de Daniel Mathieu.

Remarque : les avis relatifs aux différents produits et marques n’engagent que le conférencier.