Archives de
Mois : novembre 2020

Projet de lutte biologique contre le Varroa

Projet de lutte biologique contre le Varroa

PROJET DE LUTTE BIOLOGIQUE CONTRE LE VARROA

Dans le prolongement de notre conférence de Charles Schramme du 15/11/19, le rucher Caramand – sous l’impulsion des co-gestionnaires Alain et Marcel et après avis favorable de nos administrateurs de l’Abeille du Hain – est passé dans une lutte plus biologique contre les varroas.

A/ INTRODUCTION

Chaque année, les varroas présents dans les colonies d’abeilles domestiques, affaiblissent voire déciment bon nombre de ruches. Les abeilles ainsi affaiblies subissent les attaques de divers virus et ne peuvent plus assurer correctement leur rôle de pollinisateurs. Rappelons ici leur rôle de sentinelles de l’environnement, contribuant à la sauvegarde de la biodiversité.

Contrôler le varroa par l’introduction d’un autre acarien dans la ruche devient envisageable. Depuis peu, divers sites internet sur l’apiculture en Amérique et en Angleterre parlent d’une nouvelle façon ‘biologique’ de lutter contre le  varroa: l’introduction  du Stratiolaelaps scimitus.  Cette  méthode  est  employée  comme  lutte  biologique  en horticulture depuis plus de 15 ans. Le Stratiolaelaps  scimitus est un acarien prédateur, présent à l’état naturel  en  Europe,  en  Amérique  du  Nord  et  au  Japon.  C’est  un acarien typique du sol, mais il se rencontre également dans les nids de certains rongeurs et les zones de stockage de graines. Cette espèce se nourrit d’organismes du sol comme les collemboles, les larves de mouches des terreaux, de coléoptères et de diverses mouches, ainsi que de nématodes et  de  bien  d’autres  acariens. Cet acarien prédateur attaquerait  le stade adulte du varroa. Ainsi l’idée est née que l’on pourrait limiter la population des varroas par l’introduction du Stratiolaelaps dans nos colonies  d’abeilles.  Ceux  qui  préconisent  cette  méthode  pointent quelques avantages à d’autres traitements chimiques: Stratiolaelaps peut être utilisé toute l’année au cours de la saison d’apicole même quand  les  hausses  sont  posées  sur  les  ruches,  il  n’y  a  pas d’accumulation de produits toxiques dans les cires, et le varroa ne peut probablement pas s’adapter contre ce prédateur. En plus le traitement avec Stratiolaelaps est très relativement facile:

–           Construction de bacs/supports  et traitement naturel du bois

–           Remplissage des bacs avec du terreau humide et copeaux de bois

–           Achat de Stratiolaelaps scimitus actuellement disponibles chez Tryptomeria et introduction de ces pseudoscorpions dans le terreau (5000 par ruche)

–           Placement des bacs sous les ruches

 

B/ CONCRETEMENT

  • Fabrication

L’assemblage des différents éléments a été réalisé par les étudiants de 1ère année d’apiculture lors d’un cours de travaux pratiques de l’Abeille du Hain.

Dimensions : 40 x 45 x 15 cm

Planchers de ruche grillagé/aéré sur bac/support de 20 cm de hauteur.

  • Trous forés dans le fond du bac pour évacuation trop plein d’eau
  • Arrêtes intérieures colmatées avec du silicone
  • Arrêtes extérieures traitées à l’huile de lin pour accentuer la protection du bois

Planches de BETONPLEX de 18 mm d’épaisseur + vis inox + colle à bois + mastic

 

 

  • Introduction au rucher Caramand

Grâce à l’aide de quelques volontaires (merci !), les bacs ont été remplis de terreau et copeaux de bois, puis humidifiés à 30%

 

Ensuite, nous avons « saupoudré » 5000 unités de stratios par bac que nous avons posé sous chaque ruche.

 

Site internet de Tryptomera P-B E-mail: info@tryptomera.nl   Telefoon: (+)00 31 050 3137464

https://tryptomera-roofmijt.nl/stratiolaelaps-scimitus-roofmijt-dieren/

 

C/ Suivi du projet

Ce projet arrive à la fin de sa première année. Nous sommes amenés à introduire des Stratioslaelaps scimitus  au printemps et en fin de l’été.

Un des défis consiste à maintenir ce taux de 30% d’humidité quelle que soient les conditions climatiques et dans les règles afin de ne pas noyer nos acariens prédateurs. Un 1er test arrivera en fin d’hivernage où nous pourrons voir si les colonies ne seront pas trop infestées au mois de mars.

Nous serons sans doute amenés à faire évoluer le projet en fonction  des constats régulièrement observés au rucher.

Notons que ce mode de lutte biologique est rondement mené également par Geert Steelant qui nous inspire régulièrement dans son rôle d’apiculteur respectueux de la vie des abeilles

Plus d’infos sur https://www.delachendebijenkast.be/

 

 

 

Enfin, remercions le PCDN de Braine-le-Château qui nous soutient en introduisant ce projet à la région wallonne afin que nous puissions rentrer dans nos frais.

Nous sommes toujours à votre écoute si vous aviez l’une ou l’autre idée constructive pour faire évoluer ce projet de lutte biologique contre les varroas.

 

Alain Marechal et Marcel Debecker, co-gestionnaires du rucher Caramand