Archives de
Auteur : Abeille du Hain

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

FICHE 1 : Récupération d’une colonie

  • Partir en vacances avec juste sa vareuse d’apiculteur et son lève-cadre au cas où,
  • Avoir une discussion avec son voisin qui vous annonce poliment qu’il y a une colonie d’abeilles qui s’est installée entre une vitre et le volet de son gîte… enfin, il pense que ce sont des abeilles et comme il a appris que vous étudiez la chose, il vous propose de le dépanner,
  • Visiter le grenier du voisin et observer une belle colonie installée entre la vitre et le volet sur huit cadres de cire encore bien blancs…
  • Confirmer au voisin que ce sont bien des abeilles et que vous allez vous en occuper,
  • Trouver une ruchette et un commerce où on vend des ruches…
  • Acheter une ruche et la traiter à l’huile de lin (comme dirait Marcel, au moins cinq couches…)
  • Réfléchir à la technique de « récupération » en se remémorant le contenu des cours (Merci Daniel)
  • Décider d’un endroit adapté sur votre terrain pour y placer votre ruche et construire un support…
  • Préparer son matériel avec une option sur les cadres filés et de la ficelle pour maintenir les rayons de cire (avoir été boy-scout est un atout).
  • Penser à prendre son appareil photo pour immortaliser le moment,
  • Allumer son enfumoir…
  • Récupérer la colonie sans s’énerver, en souplesse, rayon par rayon, genre Mac Gyver… Ne pas oublier de mettre ses gants…
  • Laisser la ruchette sur place histoire de permettre à toute la colonie de rentrer dedans…
  • Prendre le temps de prendre un bon apéro (nous sommes en vacances tout de même)
  • Compter le nombre de dards plantés dans vos gants (impressionnant)
  • Revenir sur les lieux de la « récupération » après 22h00 sans oublier sa lampe…
  • Constater que tout ce petit monde est bien rentré dans la ruchette…
  • Fermer la ruchette et la transporter dans votre cave située à 200 mètres de là.
  • Laisser les abeilles en quarantaine 72 heures en veillant à les hydrater (canicule oblige),
  • Après 72 heures, placer la ruchette sur le support prévu…
  • Après quelques temps, transférer les cadres dans votre ruche…
  • Observer la présence de couvain et surtout d’œufs…
  • Boire un verre à la santé de votre nouvelle colonie (on est toujours en vacances…)
  • Le soir, aller observer votre ruche pour débuter une petite stimulation…

 

Et là, se rendre compte que vos abeilles ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche…

 

Passer à la fiche n°2…

LES RECETTES DE LA MERE NATURE ou comment occuper « apicolement » son temps durant ses vacances ?

FICHE 2: Récupération d’un essaim

  • La matin, vérifier que ce sont bien vos abeilles qui ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche ,
  • Constater que ce sont bien vos abeilles qui ont formé un bel essaim à 7 mètres de haut dans un noisetier au-dessus de la ruche ,
  • Pousser un juron (facultatif)
  • Réfléchir à la technique de « récupération » d’un essaim en se remémorant le contenu des cours (Re-merci Daniel)
  • En partant du postulat qu’une colonie qui rentre d’elle-même dans un endroit y reste, décider d’une stratégie commune…
  • Placer des draps blancs sur le sol en dessous de l’essaim et placer la ruche en bordure de ceux-ci…
  • Aller chercher une scie, un gros sécateur et une échelle,
  • Allumer son enfumoir
  • Penser à prendre son appareil photo pour immortaliser le moment,
  • Mettre sa vareuse
  • Couper les branches qui se trouvent en dessous de l’essaim,
  • Secouer la branche au bout de laquelle est suspendu l’essaim… le truc du coup sec ne fonctionne pas très bien quand elles sont suspendues à une branche de trois mètres de long et que vous êtes en équilibre instable à 6 mètres de haut sur un tronc de noisetier, toujours en vareuse bien entendu…
  • Faire fi des fou-rires de son épouse qui attend six mètres plus bas de récupérer l’essaim sur les draps et qui observe un « babouin » de 1,84 mètres avec une moustiquaire sur la tête qui s’évertue à secouer sa branche,
  • Réceptionner sur le drap l’essaim que le « babouin » a réussi à décrocher.
  • « Pousser » les abeilles vers l’entrée de la ruche
  • Observer que celles-ci rentrent à l’intérieur et que certaines battent le rappel,
  • Se dire que « ouf » on a réussi,
  • Lever la tête et constater qu’une « boule » se reforme sur la branche à 7 mètres de haut,
  • Pousser un autre juron (toujours facultatif)
  • Se dire que l’on a dû « rater » la reine,
  • Remonter dans l’arbre et scier la branche partiellement de manière à ce qu’elle plie et se rapproche du sol..
  • Arriver à couper la sous-branche sur laquelle se trouve l’essaim
  • Appliquer la technique du « coup sec » en s’écriant « ça maaarche »
  • Réceptionner l’essaim sur le drap,
  • Pousser les abeilles vers la ruche et profiter du spectacle magnifique d’une colonie qui rentre en masse à la suite de sa reine en battant le rappel…
  • Remettre la ruche sur son support…
  • Boire un verre pour se remettre de ses émotions…

PS 1 : Aux dernières nouvelles, la colonie est restée dans la ruche

PS 2 : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Fred

 

 

 

 

Nid de frelons asiatiques – France

Nid de frelons asiatiques – France

Petite expérience intéressante.

Cette histoire se passe dans le département de la Haute Vienne en France.

Des amis s’occupent comme ils peuvent des ruches de leur père décédé. Nous les aidons dans cette démarche avec notre modeste expérience d’apiculteur. Ils ne sont pas présents en permanence au niveau de la propriété de leur père.

Dans le jardin « familial », il reste une ruche active qui est en bonne santé et qui a produit une bonne vingtaine de kilos de miel cette année. A proximité de celle-ci, plusieurs ruches vides sont positionnées. Il faut préciser qu’ils n’avaient pas fermé ces ruches inoccupées.
Nous avons constaté fin juillet 2018 la présence de frelons asiatiques dans le jardin. Nos amis ont remarqué une activité « importante » de frelons autour d’une des ruches vides.
Constatant que des frelons asiatiques entraient et sortaient ce cette dernière, ils l’ont colmatée une nuit et l’ont « soufrée »…

Début septembre, lorsqu’ils sont revenus s’occuper de la propriété, ils ont ouvert la ruche et ont constaté la présence d’un nid de frelons asiatiques construit à l’intérieur de celle-ci. Le nid était attaché au niveau de la face intérieure du couvre cadre.

Nous sommes ici loin du cas de figure du nid placé à 30 mètres du sol dans un arbre…

Nous avons eu l’occasion de voir ce nid, il s’agit d’une œuvre assez extraordinaire de ce que peut nous offrir mère nature… Nous vous en faisons profiter au travers de quelques photos.

La colonie d’abeilles présente dans le jardin se porte toujours à merveille.

Nous nous occupons d’une autre ruche qui leur appartient et qui se trouve à 3 kilomètres de là dans le département de la Creuse. Début août, nous avons pu y observer une attaque de frelons asiatiques. Il s’agit d’une scène assez impressionnante. Pour les plus inquiets d’entre vous, les frelons n’ont pas survécus à notre rencontre (ils étaient 3) et cette colonie se porte également très bien.

En espérant que ce modeste témoignage ai pu vous éclairer sur un aspect méconnu de la vie du frelon asiatique.

Apicolement vôtre.

Fred et Sarah

 

Travaux de saison au rucher Caramand

Travaux de saison au rucher Caramand

Dans le prolongement de cet été 2018 caniculaire, certains membres et élèves se sont réunis pour les travaux de saison en notre rucher Caramand.

  Qu’il est agréable de se retrouver au rucher sous un soleil radieux …

  dans une ambiance constructive et détendue (n’est ce pas Georges) !

  Un grand MERCI à celles et ceux qui ont pu se libérer.

 

Frelon asiatique

Frelon asiatique

Suivez en temps réel l’invasion du frelon asiatique en Wallonie et aidez-nous à détecter les nids !

Afin de faciliter  la recherche des nids, une carte dynamique des signalements  est maintenant disponible :

http://observatoire.biodiversite.wallonie.be/enquetes/frelon/

Dès qu’une observation est validée par la CiEi, elle apparaitra sur la carte en orange les individus observés et en bleu les nids neutralisés. Dans  les zones touchées, n’hésitez pas à réaliser des observations à l’entrée de vos ruches ou à l’aide de pièges à grenadine. Tout signalement est utile même si des observations ont déjà été notifiées dans la zone. En recoupant les différentes observations, il sera possible de délimiter une zone de recherche du ou des nids où des toutes-boites pourront être distribués afin de mobiliser un maximum d’yeux.

http://butine.info/distribution-du-frelon-asiatique-en-wallonie/2018-08-16-avis-aux-habitants-du-quartier/

Une fois le nid détecté, prévenez Michel De Proft 0476/ 760 532 m.deproft@cra.wallonie.be  ou Louis  Hautier 0473/849 725 l.hautier@cra.wallonie.be  et le CRA-W neutralisera gratuitement le nid.

A ce jour quatre nids ont été neutralisés  en Wallonie (Wannebecq, Bierghes, Flawinne, Beloeil)  et un à la frontière française (Hon-Hergies).

Merci pour votre aide.

Information : http://biodiversite.wallonie.be/frelon

Description : Description : Description : Description : Description : Description : comparaison-frelons-light

Clés de détermination des grains de pollens

Clés de détermination des grains de pollens

Vous souhaitez déterminer les pollens ramenés par les abeilles de votre rucher?
 
Voici quelques liens qui vous aideront à vous familiariser avec la détermination de grains de pollen.
Partant de 2 clés de détermination simplifiées, je vous invite à l’usage de 5 critères repérables au microscope optique, pour, enfin, rentrer dans le vif du sujet, tester une clé dichotomique.
1.Clé de détermination des grains de pollen :
2.Clé de détermination des grains de pollen :
3.La détermination est basée sur l’observation de 5 critères repérables en microscopie optique, parfois assez difficilement. Pour une détermination précise (au niveau de l’espèce) il est souvent nécessaire de passer par la microscopie électronique qui révèle les reliefs de l’exine. Sélectionnez uniquement les critères observés avec certitude, vous pourrez éventuellement affiner votre recherche ensuite : (i) les associations de grains ; (ii) les ballonnets ; (iii) les pores ; (iv) les sillons ; (v) l’ornementation…
4.Vous allez utiliser une clé dichotomique. Cela signifie que vous allez passer par plusieurs questions pour aboutir à la détermination du nom du taxon. A chaque étape, vous aurez deux propositions: vous devrez valider celle qui correspond aux caractéristiques du grain que vous observez. Si vous hésitez entre les deux propositions, essayez l’une, puis revenez en arrière pour essayer l’autre. Lorsque vous arriverez à une solution (c’est-à-dire le nom du genre, de la famille ou de l’ordre), des photos vous seront présentées, ainsi qu’un récapitulatif des principales caractéristiques du grain. Vous pourrez les comparer au grain que vous observez. Cette clé a été volontairement simplifiée. Elle ne reprend que les taxons utilisés dans le logiciel Palyno, à savoir les taxons les plus abondants généralement trouvés dans la région de la Haute-Ardenne. Il existe beaucoup d’autres pollens et spores, dont certains peuvent ressembler à ceux qui sont présentés dans cette clé.
5.Les grains de pollen, leur rôle dans le cycle du végétal, comment les distingue t-on? La palynologie. (ifé Institut Français de l’éducation)
Outil en ligne, le site de l’INRA : APIBOTANICA, Inventaire Palynologique et Botanique Apicole, Dans le cadre d’une étude sur l’origine florale des pollens rapportés à la ruche par nos abeilles domestiques et bourdons terrestres sur le site de l’INRA du Magneraud, près de Surgères en Charente-Maritime (France), nous avons construit un outil botanique caractérisant l’environnement floristique de nos colonies. http://apibotanica.inra.fr/
Bon amusement.
J’imagine, qu’au début cela exigera de vous de gros efforts, mais qu’une fois les pollens les plus courants déterminés, cela, je vous le souhaite, relèvera du divertissement enrichissant.
Vous vous rendrez compte combien il est important de savoir d’où nos abeilles rentrent leurs pelotes de pollen.
Citation du jour : “La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse”, Albert Einstein.
Pierrot.

 

Historique du cercle

Historique du cercle

Historique de l’Abeille du Hain :

1968 : 44 membres

Président : Ludovic Goossens

1969 : 57 membres

1970 : 62 membres – Premier cours d’apiculture avec 32 inscrits  à l’école communale de Braine-le-Château

1971 : 68 membres – Premier voyage apicole : Lille et son rucher municipal

1972 : 70 membres – 2voyage : centre d’élevage et de sélection de l’abeille noire à Welkenraedt

1973 : 75 membres – Madame Palmyre Flamand devient la 2e présidente

1974 :  83 membres – Organisation du 2e cours apicole au foyer socio-culturel de Braine-l’Alleud

3e voyage : Lille et rucher-école de la Berlière à Ath

1975 : 84 membres – 4e voyage : Musée apicole de Tilff, grottes de Remouchamps et visite du rucher du docteur Labay à Poulseur.

1976 : 85 membres

1977 : 86 membres : M.Roger Verkleeren est élu président

5e voyage : Professeur O.Van Laere de l’Université de Gand  et visite du musée apicole et de l’arboretum de                      Kalmhout

1978 : 88 membres : 6e voyage apicole au Limbourg : Onze-Lieve-Vrouw-Tielt, Bokrijk, Neeroeteren, et Zonhoven.

L’abbé d’Août, révérend curé de Braine-le-Château nous accorde l’hospitalité : le rucher-école s’installe dans le jardin de la cure.

1979 : 92 membres –

3e cours d’apiculture

7e voyage : Paris : rucher-école de la société centrale d’apiculture, Jardin du Luxembourg, Panthéon et tour de ville.

1980 : 91 membres –

8e voyage : Pays-Bas : rucher expérimental du Ministère de l’Agriculture, parc d’abeilles (115 ruches) de Badhoevedorp, Amsterdam.

1981 :  91 membres – 9e voyage : rucher municipal de Lille, parc naturel de Saint-Amand, hydromellerie de Corbeny

1982 :  99 membres – 10e voyage : 4 jours en Forêt Noire

1983 :  99 membres – 4e cours d’apiculture

11e voyage : foire apicole de Veenendael et musée de plein air à Arnhem

1984 : 98 membres

1985 : 85 membres

Election de Ferdinand Henin, 4e président

12e voyage : 3 jours à Paris, Fontainebleau, Versailles, Coulommiers et Bautheil

1986 : 88 membres

1987 : 89 membres – participation au 5e Congrès apicole à Opheylissem

1988 : 84 membres

Repas offert par la section pour célébrer son 20 e anniversaire

1989 : 78 membres

1990 : 73 membres

1991 : 71 membres

1992 : 62 membres

L’Administration communale  nous aménage une parcelle au site de l’Ermitage pour accueillir les 6 ruches du cercle.

5e cours d’apiculture

1993 : 59 membres

1994 : 59 membres

1995 : 50 membres

1996 : 50 membres

1997 : 53 membres

1998 : 43 membres

1999 : 42 membres

2000 : 41 membres

2001 : 43 membres

2002 : 39 membres

2004 : 35 membres

2005 : 34 membres

2006 : 33 membres

6e cours d’apiculture

2007 : 28 membres

2008 : 28 membres

2009 : 20 membres

Visite du musée du Miel à Lobbes suivie d’un repas au relais de la Haute Sambre.

Naissance du site web.

7e cours d’apiculture

2010 : 29 membres

2011 : 8e cours d’apiculture

Début de la construction du laminoir à cire

2012 : 50 membres

Installation du chalet pour le rucher pédagogique

Naissance de la page Facebook

2013 : occupation de l’atelier-cire

9e cours d’apiculture

1er  BBQ de fin d’année scolaire

Décès de F.Henin – A.Beulens assure le mandant depuis lors.

2014 : 70 membres

2e BBQ

Participation à l’opération « Rucher-tampon »

2015 : 73 membres

10e cours d’apiculture

Inauguration du rucher pédagogique et de sa vitrine

Organisation d’initiation à la vannerie

3e BBQ

2016 : 78 membres

4e BBQ

Partenariat avec le Domaine du Hibou (Roumanie)

Convention avec l’administration communale de Braine-l’Alleud : rucher au Jardin Docteur Arouète

1er repas St-Ambroise

2017 : 111 membres

11e cours d’apiculture

5e BBQ

2e repas St-Ambroise

2018 : 105 membres

Rencontre apiculteurs africains et belges avec Maya asbl

1e après-midi d’échanges : Apicoler ensemble

50e anniversaire de l’Abeille du Hain

Inauguration du Sentier des Butineurs en partenariat avec le PCDN

6e BBQ

 

 

Notre cercle l’Abeille du Hain souffle ses 50 bougies !

Notre cercle l’Abeille du Hain souffle ses 50 bougies !

Notre cercle l’Abeille du Hain souffle ses 50 bougies !

En ce dimanche matin du 3 juin 2018, le soleil avait donné rendez-vous aux bénévoles de l’Abeille du Hain pour monter les tonnelles et les aménager afin d’accueillir les invités aux abords du sentier Caramand.

Tandis que les premiers visiteurs s’impatientaient pour visiter notre rucher didactique, notre présidente Agnès BEULENS retraçait brièvement l’historique du cercle. A l’écoute de toutes les activités réalisées durant ces 5 décennies, les applaudissements témoignaient de l’admiration et du respect que nous leur adressons. MERCI à Agnès et Jan d’avoir contribué, avec succès, à la pérennité de notre cercle durant autant d’années.

Ensuite, les certificats ont été remis aux élèves présents de la session 2017.

Après, l’échevin de l’environnement Francis Brancart et le responsable du PCDN Mathieu Baudelet nous ont invités à inaugurer ensemble le sentier des pollinisateurs agrémenté de 5 alvéoles didactiques représentant les produits de la ruche.

Vers midi, le « drink royal » était offert aux nombreux visiteurs qui pouvaient également se procurer les divers produits de la ruche – dont le miel de printemps du cercle – tout juste mis en pot après l’extraction récente de nos élèves. Ils ont également bénéficié des conseils prodigués en matière sauvegarde de la biodiversité, des abeilles et autres pollinisateurs.

Sophie et Fred proposaient également un stand pour les plus jeunes et illustraient la vie de l’abeille à l’aide de la ruche pédagogique confectionnée par leurs soins. Quelques plants mellifères étaient également offerts aux visiteurs attentifs.

A l’occasion de notre 50ème anniversaire, nous avions aussi organisé des visites guidées afin de sensibiliser les visiteurs à la vie des abeilles au rucher. De nombreux groupes – souvent familiaux -se sont enchainés pour bénéficier de l’opportunité de visiter un rucher en pleine activité. Une fois les vareuses soigneusement enfilées, nos apiculteurs avertis tentaient d’abord de rassurer les plus craintifs pour détailler ensuite le mode de vie de ce super organisme que représente chaque colonie d’abeilles.

Quel succès inattendu … et nous ne pouvons que nous en réjouir !

Conscients qu’un tel événement – aussi modeste soit-il – nécessite beaucoup de préparatifs en amont, nous restons convaincus qu’il s’agissait là d’une occasion supplémentaire de réunir les passionnés d’apiculture, dans une ambiance conviviale.

Nous tenions donc à remercier tous les volontaires qui ont contribué sans compter à la réussite de cette journée d’anniversaire. Sans leur dévouement, un tel événement que nous ne pouvions décemment pas passer sous silence, aurait été impossible à organiser. Nous remercions également les autorités communales pour l’aménagement du sentier Caramand et les nombreux visiteurs pour leurs témoignages de confiance et d’encouragement.