Archives de
Auteur : Abeille du Hain

Recommandation de lutte contre le varroa / 2020

Recommandation de lutte contre le varroa / 2020

Avis de lutte contre la varroase 2020 (v3)

Recommandation de lutte contre le varroa à mettre en œuvre à la même période par tous les apiculteurs

  • Evaluer en continu le degré d’infestation par les varroas :
    • En juin : comptage des varroas qui tombent naturellement sur une feuille blanche pendant 3 jours
    • En septembre : comptage des varroas phorétiques sur 300 abeilles par la méthode du sucre impalpable
  • Traiter en même temps toutes les colonies d’un même rucher
  • Préférence aux méthodes de lutte physique :
    • Dès qu’on enregistre, en début de saison, la chute naturelle de plus d’un varroa sur 3 jours, on procède à l’élimination du couvain mâle 21 jours après son apparition (répéter l’opération s’il réapparaît)
    • On procède à l’isolement de la reine (cage à reine du 21 juin au 15 juillet), au blocage de ponte et au retrait du couvain operculé. Hors miellée, cela peut être couplé au traitement chimique des abeilles adultes.
    • En été on procèdera au retrait du couvain operculé infesté avant la production d’abeilles d’hiver (du 01 juillet au 15 août). Hors miellée, cela peut être couplé au traitement chimique des abeilles adultes.
  • Lutte chimique : à éviter pendant la miellée et couplée aux méthodes physiques.

La délivrance des médicaments est règlementée. Demandez l’avis de votre vétérinaire.

Printemps

Avant la miellée

 

Si chute >1 acarien/jour

 

En absence de couvain operculé

VarroMed

 

 

 

 

 

 

Oxuvar

Verser entre les cadres du couvain (répéter à 6 jours d’intervalle le traitement si chute > 10 acariens/jour)

 

1 seul traitement (T° extérieure > 5°C)

Ac. Oxalique 44mg/Ac. Formique 5 mg

 

 

 

 

Ac. Oxalique

Pendant la miellée Voir lutte physique
Eté

Après la récolte du miel

 

idem

 

 

 

 

idem

 

 

En absence de couvain operculé

Apilife Var

 

 

 

Thymovar

 

 

 

 

Polyvar Yellow

 

 

Oxuvar

Répéter le traitement si chute > 1 acarien par jour (T° extérieure > 15°C)

 

Remplacer une seule fois les plaquettes après 3-4 semaines (T° extérieure > 15°C)

 

En période de vol pendant 9 semaines à l’entrée de la ruche

1 seul traitement

Thymol 8,00 g + Camphre 0,3 g

 

 

 

Thymol 15,00 g

 

 

 

Fluméthrine 275 mg

 

 

Ac. Oxalique

Fin été/Automne

Après la dernière miellée

Apivar

VaroMed

/

3 Traitements à 6 jours d’intervalle (si chute > 4 acariens par jour)

Ce traitement peut être répété 2 fois en cas de forte infestation (>150 acariens)

Amitraz 500 mg

Ac. Oxalique 44mg/Ac. Formique 5 mg

 

Hiver

En absence de couvain

 

VarroMed

 

OxyBee

 

Oxuvar

1 seul traitement

 

1 seul traitement (T° extérieure > 3°C)

1 seul traitement (T° extérieure > 5°C)

Ac. Oxalique 44mg/Ac. Formique 5 mg

Ac. Oxalique

 

Ac. Oxalique

 

 

Les recommandations complètes sont disponibles sur le site web  http://www.favv-afsca.fgov.be/apiculture/santeanimale/#varroase

 

Observation didactique de la fin d’une petite ruchette- Erratum

Observation didactique de la fin d’une petite ruchette- Erratum

Une petite ruchette de 5 cadres, dans laquelle avait atterri spontanément, fin de l’été, un petit essaim secondaire vient de déclarer forfait…

J’aurais pu la réunir…je ne l’ai pas fait, j’ai juste marqué la reine et fait en sorte qu’elle ne manque pas de nourriture.
Jusqu’il y a une semaine elle présentait encore des signes de vie, rentrait du pollen orange de perce-neige, et se servait du mix miel/pollen que je lui donnais au travers du couvre-cadre.
Il y a deux jours elles n’étaient plus qu’une centaine entourant la reine et à peu pres le double au sol.
Il y a manifestement un nombre minimal qui est nécessaire afin que les tâches minimales (chauffage, nourriture) soient effectuées…
La reine avait l’air de faire son possible, il y avait des centaines d’oeufs frais; pour être précis…deux alvéoles en contenaient deux…ce qu’on attribue à un premier début de ponte, ce qui n’était pas le cas, ou à une fin de ponte…
La nourriture ne manquant pas, j’ai voulu regarder du côté des varroa et ai donc désoperculé une alvéole fermée, retiré la nymphe et effectivement trouvé le zigzag fin caractéristique des excréments du fielleux ennemi nommé varroa.
Résumé..les causes qui ont permis in fine, aux virus, de gagner…sont, comme d’habitude, probablement multifactoriels….
Terminerais je, par la phrase de l’acteur Roger Pierre ? « « Mais si nous autres, les sudistes(ou les abeilles), on avait été plus nombreux,….. »
Charles Schramme
infra
-vue générale d’un des deux cadres contenant 10 cm2 d’oeufs
-retirer une nymphe pour observer le fond de l’alvéole
-reine
-excréments blancs de varroa
-double oeuf
-abeille naissante
Abeilles mellifères et abeilles sauvages

Abeilles mellifères et abeilles sauvages

Abeilles mellifères et abeilles sauvages :

Une information régionale

https://www.rtbf.be/info/regions/detail_abeilles-domestiques-bruxelles-veut-eviter-la-proliferation-anarchique-de-ruchers?id=10409470

Une réponse

« Stupéfaits! C’est l’état d’esprit d’un grand nombre d’apiculteurs, dont je suis, lorsqu’ils apprennent que ce qui était vénéré hier est jeté aux orties aujourd’hui.  Que de fois n’ai-je entendu vanter les mérites comparatifs du miel des villes, où les pesticides auraient moins droit de cité.  Qui n’a pas en mémoire ces photos de ruches sur les toits de l’Opéra de Paris? Sans compter ces nombreuses initiatives, louables à mes yeux, d’entreprises, d’ASBL, ou autres plaçant des ruches sur leur toit.

Tout ce qui mettra l’abeille en évidence et ses bienfaits pour la nature, en ville ou ailleurs, ne peut qu’être salué!

Membre d’un prestigieux Cercle Apicole en Wallonie et conférencier apicole, je constate le regain d’intérêt pour l’abeille et la prise de conscience accrue de son rôle crucial pour la biodiversité.  Einstein aurait dit : « Le jour où l’abeille disparaît, l’humanité n’a plus que quatre années à vivre. »

Opposer les abeilles dites domestiques aux abeilles sauvages a de quoi surprendre.   Des colonies de 50.000 « individus » (que nous apiculteurs appelons « abeilles »), pour reprendre les termes de l’étude relayée par les medias, menaceraient la survie des abeilles sauvages … Soit dit en passant, dans quelle mesure ladite étude prend-elle suffisamment en compte les sources mellifères que sont les tournières fleuries, les parcs privés, et autres vergers?

Quand nous savons (je suis apiculteur depuis plus de 60 ans) que la concentration de ruches à un même endroit ne peut être problématique que lorsque leur nombre est supérieur à 15 – 20, voire davantage. Dans ce domaine, tous les avis sont dans la nature.  Feu Roger Bauduin, agronome belge et sommité à l’échelle internationale, dans le monde de l’apiculture, fixait ce plafond à un nombre encore supérieur. Il était le pape de l’apiculture pastorale; il a notamment mis sur pied des écoles d’apiculture et formé de nombreux moniteurs apicoles; il supervisait 6.000 ruches au Rwanda. Bref, un avis autorisé dans le monde apicole.

Quand on sait que les quelques centaines d’apiculteurs bruxellois (car c’est d’eux qu’il s’agit aujourd’hui; dans un premier temps?), souvent retraités, détiennent pour la plupart 2 – 3 ruches, et qu’ils sont, comme la plupart des 10.000 apiculteurs belges, des bénévoles passionnés de la nature, ils n’ont pas attendu la prise de conscience planétaire actuelle pour donner un coup de pouce à la nature.  Sans jouer les héros!  Ils respectent la nature, veillent au bien-être de leurs colonies d’abeilles, entretiennent généralement les meilleures relations avec leur voisinage : le miel adoucit les moeurs.

Ce sont des artisans passionnés par le monde de l’abeille.  Car c’est un monde fascinant qui mérite à être mieux connu encore.  Même si de nombreuses initiatives sont prises dans notre pays, à l’initiative de fédérations et de cercles apicoles pour sensibiliser les citoyens aux bienfaits de l’abeille : expositions, conférences, foires agricoles (comme c’est le cas à Nivelles tous les lundis de Pentecôte) …

Bref, je m’étonne que la Belgique s’illustre, et Bruxelles en l’occurrence, pour interdire désormais les ruchers sur les toits ou ailleurs (à proximité des zones Natura 2000);  car, après Bruxelles, à qui le tour? Anvers, Liège, Mons …? Je n’ai pas connaissance que d’autres grandes villes telles que Paris, Rome, Londres … aient pris une telle option.  Serions-nous plus avertis que les autres? N’essayons pas de jouer les pionniers à tout prix.

Bref, cette polémique qui met en émoi le monde apicole belge risque de ternir l’image de l’abeille mellifère alors que tant de passionnés s’évertuent à faire prendre conscience de son rôle vital. Un peu comme si on opposait, comme dans la célèbre fable de La Fontaine, « Le rat des villes et le rat des champs. »

Je déplore que la mesure annoncée n’ait pas permis aux nombreux apiculteurs d’exprimer leur point de vue.  Gageons que la plupart d’entre eux partagent (en tout ou  partie) mon opinion, mais ce n’est que mon opinion.  Ils s’insurgent contre cette frénésie réglementaire qui entrave leur ligne de conduite depuis la nuit des temps, et construite sur l’expérience et l’observation de nos abeilles.  L’absence de but de lucre, le bon sens, l’amour de la nature sont les vecteurs de leur passion. Faisons-leur confiance!

Il n’est jamais trop tard pour dialoguer. »

Alain Schockert

Conférencier apicole.                                                                                                      17/01/2020

 

Marché de Noël 2019

Marché de Noël 2019

« Marché de NOEL 2019 » Braine-le-Château  – 14/15 décembre.

Nous terminons nos festivités 2019 par la tenue d’un stand Abeille du Hain en cette mi-décembre.

Il est clair que sans notre esprit d’équipe, nous n’aurions pas tenu tout un week-end derrière notre étale, vu les conditions difficiles.

Voilà donc quelques euros bienvenus dans notre caisse du cercle !

Bon nombre de visiteurs commencent à comprendre que le « vrai » miel local – tout comme les autres produits de la ruche – devient un « incontournable » dans les chaumières pour compléter une pharmacie naturelle.

Nous remercions le R.S.I. de Braine-le-Château pour son accueil, et bien entendu, les bénévoles « polyvalents » de l’Abeille du Hain.

 

Voyage au pays du Miel 16-23 mars 2020

Voyage au pays du Miel 16-23 mars 2020

Voyage au Pays du Miel 2020

A la suite des  précédentes éditions et le succès rencontré l’équipe du voyage planche donc sur la 5ème édition qui se tiendra au même endroit  « DOMAINE DU HIBOU » CRACIUNELU DE SUS TRANSYLVANIE en ROUMANIE

L’objectif est de proposer un voyage du même niveau de confort et de qualité pour les participants.

Les principaux objectifs de ce voyage sont :

  • de proposer un évènement alternatif comme il n’en existe pas ou peu que ce soit en Belgique ou en  France
  • un voyage avec un tarif démocratique pour les participants se déroulant dans une infrastructure et un environnement très agréables
  • un programme soigné à la fois instructif, divertissant et alternatif
  • de provoquer la curiosité et la rencontre citoyenne

L’équipe tient à favoriser la convivialité et à offrir un moment de détente et de partage dans un cadre spacieux et accueillant.

Si l’initiative vous intéresse et si vous souhaitez participer à cette aventure, n’hésitez pas à les contacter.

Pour de plus amples informations : Site : www.domaineduhibou.com

www.accueil-paysan.com Roumanie

Les inscriptions sont ouvertes

Acompte 100 Euros à verser au compte DOMAINE DU HIBOU

IBAN : BE79 1096 5621 4133

BIC :  CTBKBEB

 

Domaine du Hibou

Str.Principala.Nr 129

517236 Cràciunelu de Sus,Cetatea De Balta

Judetul Alba

România

Pierre et Nelly DELNESTE

Grote Weg 85

8930 Rekkem

Belgium

Tél : 0032(0)485/45 93 36

Fixe : 0032(0)56/42 56 71

Fixe : 0040374951500

delneste.cardon@yahoo.fr

 

Voyage organisé pour les apiculteurs en ROUMANIE (BLAJ) du lundi 16 mars au lundi 23 mars 2019 au DOMAINE DU HIBOU à CRACIUNELU DE SUS (CETATEA DE BALTA)

Le voyage aura lieu à partir de 8 personnes minimum et maximum 16 personnes.

Au programme

  • Visite du plus grand marché européen d’apiculture le samedi 21 mars.
  • Visite d’une ferme laitière à BLAJ
  • Visite de ruchers des apiculteurs de la commune de CRACIUNELU DE SUS
  • Présence au Domaine du Hibou de Mr SZANTA SZABOLCS apiculteur traditionnel de MICFALAU qui répondra à vos questions à propos de l’apithérapie et de ses méthodes de travail.
  • Circuit de 3 jours en direction de BRASOV, SINAIA, SFANTU GEORGHE

-Après midi à la station thermale de BAZNA

Prix du séjour :

480 Euros par  personne  (sujet à variation en fonction du prix des navettes , (tarif du gasoil)

Il comprend :

– les transferts de l’aéroport aller et retour de CLUJ NAPOCA, les déplacements pour les différentes visites et excursions programmées.

– la pension complète au Domaine (sur base de 2 personnes par chambre

Il ne comprend pas :

  • le prix du billet d’avion
  • les boissons
  • les dépenses personnelles
  • les entrées aux musées

Programme détaillé

Séjour pour apiculteurs du  16 au 23 mars 2020 

Lundi 16 mars 

Départ de l’aéroport de CHARLEROI BRUSSELS SOUTH  vol prévu à 15 H 55  arrivée à CLUJ NAPOCA vers 19 H 20 ;

Une navette vous y attendra pour vous conduire au Domaine du Hibou à CRACIUNELU DE SUS où un délicieux repas vous sera servi.

Une nuit de repos vous permettra de récupérer des fatigues du voyage.

Mardi 17 mars 

Déjeuner prévu à partir de 8 H 30 jusque 9 H 30

Temps libre pour vous balader dans le village

Dîner prévu à 12 H 30

Après midi à la station thermale de BAZNA avec possibilité de massage sur réservtion

Souper prévu à 19 H 00

Mercredi 18  mars 

Déjeuner de 8 H 30 jusque 9 H 30

Départ pour notre circuit de 3 jours direction BRASOV le dîner se prendra durant notre trajet, nous aurons l’occasion de visiter la citadelle de RUPEA

Souper prévu à 19 H 30

Logement à BRASOV (trajet de +/- 200 KM)

Jeudi 19 mars 

Déjeuner de 8 H 30  jusque 9 H 30

Départ en direction de SINAIA, où nous aurons l’occasion de visiter le Château PELES (2ème lieu le plus visité en Roumanie) et les environs

Le dîner sera prévu durant notre parcours

Retour à  BRASOV et visite du centre, temps libre

Souper prévu à 19 H 30  (trajet de +/- 80 KM)

Vendredi 20 mars 

Déjeuner de 8 H 00 à 9 H 00

Départ à 1O H 00 pour l’église fortifiée de HARMANN ou PREJMER, ensuite nous reprenons le chemin du retour et ferons une halte à SIGHISOARA où nous aurons l’occasion de prendre notre repas dans un cadre magnifique.

Temps libre et visite

Souper au DOMAINE DU HIBOU  Déplacement  +/-  200  KM

Samedi 21 mars 

Déjeuner de 8 H 30  jusque 9 H 30

Départ pour le marché des apiculteurs de BLAJ et visite des stands

Dîner vers 13 H 00 à BLAJ

Balade dans la ville de BLAJ, nous aurons la possibilité de visiter une ferme laitière de 800 vaches

Souper prévu à 19 H 30   Déplacement  30 KM

Dimanche 22 mars 

Déjeuner de 8 H 30  jusque 9 H 30

Ballade dans le village de CRACIUNELU DE SUS et visite chez les apiculteurs locaux

Dîner vers 13 H 00

Après midi temps libre

Souper prévu à 19 H 30

Lundi 23 mars 

Déjeuner à 8 H 00

9 H 00 Départ direction l’aéroport

dont le vol est prévu vers 13 H 35 arrivée à CHARLEROI vers 15 H 05

Site : www.domaineduhibou.com

www.accueil-paysan.com roumanie

Voyage au Pays du Miel 2020

Séjour pour apiculteurs

JOURNEE de l’ARBRE 2019  – Wauthier-Braine – samedi 23 novembre.

JOURNEE de l’ARBRE 2019  – Wauthier-Braine – samedi 23 novembre.

« JOURNEE de l’ARBRE 2019 » – Wauthier-Braine – samedi 23 novembre.

Qu’il soit « mâle » ou « sanguin », c’est le cornouiller qui était à l’honneur cette année.

Au lendemain de son succulent repas St Ambroise, l’Abeille du Hain répondait une nouvelle fois présent à l’invitation du PCDN de Braine-le-Château dans le cadre de la « Journée de l’Arbre ». Une activité que nous perpétuons chaque année pour permettre de répondre aux nombreuses questions du public à propos des nombreuses activités proposées par notre cercle apicole.

Il va sans dire que nos produits de la ruche locaux sont toujours très appréciés ! Remercions ici le PCDN et les autorités communales pour leur accueil chaleureux, tout comme nos membres bénévoles de l’Abeille du Hain.

Ruches du Monde en pays Huguenot – 24 septembre 2019

Ruches du Monde en pays Huguenot – 24 septembre 2019

J’ai eu la surprise, lors d’un bref séjour en Drôme provençale, de découvrir près de notre point de chute, un extraordinaire musée appelé « Ruches du monde » à Comps – Dieulefit (nous sommes en pays Huguenot),  à 2 heures de route de Lyon.

L’apiculteur qui a créé cette collection de plus de 200 ruches et de multiples objets liés à la pratique apicole … un sympathique monsieur de 80 ans sûrement, à la parole facile et pleine d’humour, guide la visite pendant  ± 1 heure et accueille les questions avec beaucoup de plaisir.

Cette surprenante exposition présente notamment 1 colonie qui vit dans une ruche délimitée par la paroi du bâtiment et par un paroi en verre en demi-cercle.  Elle doit faire 2 mètres de haut et les galettes de cire plus d’1 mètre.  On peut donc voir à hauteur d’homme (petits et grands) toute l’animation au sein de la ruche et découvrir que d’autres insectes pénètrent dans l’espace par l’entrée aménagée (± 10 cm de diamètre) dans la paroi du bâtiment et le bas de la ruche.  Ces intrusions sont sans problème tant que l’intrus n’approche pas des galettes de cire.  J’ai donc pu observer des guêpes entrant dans la partie inférieure (± 50 cm de hauteur) non occupée par les galettes de cire sans être importunées, mais directement attaquées dès qu’elles approchent du nid.  Les gardiennes ne sont donc pas postées à l’entrée de la ruche mais à la partie inférieure des galettes de cire.

J’ai bien sûr demandé à notre guide depuis combien de temps vivait cette colonie dans cette surprenante ruche de verre, quels soins il lui apportait et comment ?  Il m’a expliqué qu’elle y vivait depuis 11 ans sans aucun soin : pas de nourrissement, pas de traitement varroa, pas de remplacement des cires … rien, il n’a aucun accès à l’espace de vie des abeilles et elles se débrouillent donc en toute autonomie.

 

Il y a aussi une plus petite colonie qui vit entre 2 parois de verre sur 3 hauteurs de cadres de cires superposés, un peu plus larges que les cadres de corps Dadant.   Cette colonie communique également avec l’extérieur par une entrée aménagée dans la paroi du bâtiment. Elle vit donc entre 2 parois de verres, le tout pivotant sur un axe qui permet d’orienter la construction vers les auditeurs suspendus aux lèvres du guide apiculteur quand il explique comment vivent les abeilles, où se trouve la reine (elle est marquée … il a donc accès à cette colonie).

Ces 2 « ruches » sont des outils didactiques sensationnels qui captivent les visiteurs.

Outre ces 2 ruches de verre, le musée comprend quelques 200 ruches d’Europe et d’Afrique principalement, en vanneries, en écorce, en terre cuite, en bois, sculptées, peintes, décorées … bref on en a plein les yeux et notre guide nous explique les innovations successives dans l’histoire de l’apiculture mais aussi les adaptations liées au climat.  Il justifie ainsi les ruches horizontales ( en vannerie, poterie ou bois) qui conviennent aux abeilles des pays chauds parce que cette disposition réduit le risque d’engluage des abeilles par fonte des cires lors des fortes chaleurs … les galettes de cire ayant le plus souvent moins de 20 cm de hauteur.

On y découvre aussi une collection de cages à reine, d’enfumoirs, de presses ou d’extracteurs anciens qui démontrent le génie inventif des passionnés d’abeilles.

Bref, même après 2 ans de formation aux « Abeilles du Hain », il élargi nos connaissances par une série des petites anecdotes qui émaillent sa visite guidée que je recommande chaudement à ceux qui passeraient dans la région.

Pour un avant goût, visitez le site https://www.collections-ruches.com/pages/exposition-annuelle.html.

Je conclurai en remerciant encore toute l’équipe pédagogique du rucher école des « Abeilles du Hain » pour la passion et l’inventivité qu’on y trouve.

Merci Agnès et Jan, merci Marcel, Alain, Daniel. Longue vie au cercle J

Georges

24 septembre 2019

Abeilles et acariens

Abeilles et acariens

Un site intéressant ‘BEEMITE ‘ (en anglais) référence les acariens (mites) susceptibles de se retrouver dans une ruche.

http://idtools.org/id/mites/beemites/about_tool.php

Bee Mite ID can be used to:

  • identify adult and immature mites found on or in bees or their nests;
  • distinguish harmful mites from non-harmful mites;
  • narrow down possibilities of bee-associated mites based on bee genus names;
  • learn about mite morphology, mite life stages and sex differences, bee morphology, and relevant terminology;
  • view images of 90 mite taxa, including micrographs of slide-mounted specimens, images indicating diagnostic features, and images of mites on or within bees’ bodies; and
  • access information about bee hosts, including the biology of bee-mite associations and the characteristics of mite feeding and dispersal.

Un document ‘pdf’ présente synthétiquement et avec photos les principaux acariens.

Barbecue de fin d’année – 22/06/2019

Barbecue de fin d’année – 22/06/2019

Barbecue de fin d’année – 22/06/2019

Le comité de l’Abeille du Hain tient à remercier les membres bénévoles pour leur implication à notre barbecue annuel – sous un soleil chaleureux et toujours dans la bonne humeur !

Que nos étudiant(e)s méritant(e)s – trop peu nombreux à cet événement de fin de session – soient toutefois félicité(e)s quels que soient les résultats obtenus.

Remerciements également à l’équipe pédagogique qui parvient toujours à proposer des cours d’une grande qualité.

Ainsi se clôture la session 2017-2019 tandis que plus de 20 nouveaux élèves se sont déjà inscrits pour la suivante …

Nous osons croire que le partage spontané & la solidarité entre les membres – et bien au-delà –

restent nos priorités et des atouts majeurs pour la pérennité de notre cercle.

Bonnes vacances à toutes et à tous.

Le comité A.H.